• Daimyo. Seigneurs de la guerre au Japon

     

    DAIMYO

    SEIGNEURS DE LA GUERRE AU JAPON

    Musée national des arts asiatiques-Guimet

    Exposition

    Exposition du 16 février au 13 mai 2018

    DAIMYO. SEIGNEURS DE LA GUERRE AU JAPON

     01

    Fin du 17e siècle.

    Yamakami (province d’Omi)

    Fer, laque, cuir, soie.

    Cette armure comporte un casque à 32 lamelles dont l’ornement frontal représente un phénix stylisé et des ornements latéraux représentant des oreilles de lapin. Le casque est de l’école Hatura, le masque, de l’école Iwai.

    Le quartier de Nakayabu à Hikone (capitale de la province d’Omi) était la résidence de laqueurs spécialisés dans la laque rouge utilisée pour cette armure, comme pour celle de la famille li, seigneur de la province, qui leur valut leur sur-nom de « diables rouges ».

     

    __________________________________________________________________

    DAIMYO. SEIGNEURS DE LA GUERRE AU JAPON

    02

    DAIMYO. SEIGNEURS DE LA GUERRE AU JAPON

    03

    Début du 18è siècle

    Shimabara (province de Hizen)

    Fer, cuir, laque, soir.

    L’ornement frontal du casque, à 62 lamelles à rivets saillants, représente des bois de cerf stylisés réalisés en fer naturel damasquiné d’or et d’argent, à motifs héraldiques d’éventails et de dragons. Toutes les pièces de l’armure sont bordées d’un liseré métallique gravé de rinceaux et de l’armoirie du clan. Le masque, au visage martial (style ryubu) est orné de branches de prunier fleuries et est attribué à Neo Masanobu.

     

    __________________________________________________________________

    DAIMYO. SEIGNEURS DE LA GUERRE AU JAPON

    04

    DAIMYO. SEIGNEURS DE LA GUERRE AU JAPON

    05

    Vers 1700

    Minakuchi (province d’Omi)

    Cette armure d’un très grand luxe présente 100 armoiries réparties sur toute sa surface indiquant qu’il s’agirait se l’armure de Kato Sado no Kami Akihide (1652-1712) nommé en 1690 (jusqu’en 1711) à un très haut poste gouvernemental.

    Chaque manche est équipée de plaques de protection constituant une boite avec un couvercle formant un écritoire.

    Le casque à 120 lamelles est signé Neo Masanobu, armurier sans doute originaire de la vallée de Neo (province de Mino). Il est devenu célèbre grâce à la qualité de ses casques à 120 lamelles et à la technique qu’il a mise au point pour les réaliser.

     

    ___________________________________________________________________

    DAIMYO. SEIGNEURS DE LA GUERRE AU JAPON

     06

    DAIMYO. SEIGNEURS DE LA GUERRE AU JAPON

    07

    Début du 17e siècle

    Sanuki (province de Kazusa)

    Fer, laque, soie,

    Cette armure entièrement réalisée en fer laqué d’argent, comporte un casque à 62 lamelles à rivets saillants et un masque à l’expression féroce (style ressei), tous deux de l’école Haruta. La cuirasse possède ses protections des aisselles et deux paires d’épaulières.

     

    ___________________________________________________________________

    DAIMYO. SEIGNEURS DE LA GUERRE AU JAPON

    08

    Kokura (province de Buzen)

    Fer, fer laqué, cuir laqué noir, shakudo(alliage de cuivre et d’or), laque, soir.

    Cette armure aux armoiries de la famille Ogasawara, daimyo de Kokura de 1632 à 1868, comporte un casque à 32 lamelles avec un couvre-bord en forme de corde. Le masque présente une expression féroce (style ressei), il est attribué à l’école Iwai. Les manches sont équipées de plaques de protection en forme de gourdes constituant une boîte avec un couvercle.

     

    _______________________________________________________________________

    Photos : 18 février 2018

     

    « Street Art. Hôpital Saint-Vincent de Paul.Dans le hall du Centre Pompidou »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    9
    Mardi 20 Février à 22:43
    C'est une bonne question à laquelle je ne peux pas répondre. Désolé
    Bises Mireille
    8
    Mardi 20 Février à 18:00

    ...s'en servaient-ils vraiment où seulement pour la parade?

    Bises du soir,

    Mireille du sablon

    7
    Mardi 20 Février à 17:17

    Bonjour Michel,

    Un bel et intéressant article accompagnées de superbes photographies.

    J'aime beaucoup le mot "Armure", je trouve que c'est un très beau mot et un très bel objet de plus elles m'ont toujours impressionnées. Car je me suis toujours demandée et me le demande encore aujourd'hui : comment faisaient-ils pour supporter ce poids et se battre avec. 

    Très bonne soirée à vous Michel.

      • Mardi 20 Février à 17:41

        Bonjour Mari Jo

        Je me pose la même question...

        Bonne soirée également 

        Merci pour vos visites

    6
    Mardi 20 Février à 07:20

    cela devait être lourd à porter, les armures peut importe d'ou elles proviennent m'impressionne toujours autant

    très belles photos et super infos

    bises amicales

    lyly

      • Mardi 20 Février à 17:05

        Ce ne devait pas être très pratique... J'aurai bien aimé voir cela sur les Japonais !..

         

    5
    JPSIAM
    Mardi 20 Février à 06:31

    C'est la nouvelle tenue à porter dans le métro pour ne pas être accusé de frotter! LOL!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :